€crade

€urocrade Marseille 2013: on s’encule… ils spéculent!

Du 10 au 20 juillet, L’europride s’intègre dans le projet de Capitale Européenne de la Culture et  de restructuration urbaine Euromed et lui prête les couleurs de la culture LGBT (enfin, surtout  celle des gays blancs à fort pouvoir d’achat!).  Tandis  que les politiques de la ville installent les plus riches à la place des plus précaires, on nous vend un tour-opérator-gay-&-keufriendly  sur fond de discours libéral, sécuritaire et ethno-centré, si semblable à celui de l’ensemble de la classe dirigeante qui mène des politiques d’exclusion, d’exploitation et de dominations!
Nous ne participerons pas à l’Europride mais nous serons là pour dénoncer l’instrumentalisation de nos combats tout en soutenant les personnes, les collectifs qui, à travers leur participation à l’événement (l’Eurolesbopride, le colloque Trans ou le collectif IDEM), portent des luttes et des existences souvent invisibilisées.

Alors, du 14 au 21 juillet, venez faire tâche avec nous!

Des féministes trans pédés gouines bii.e.s queers assexuel.le.s déviant.e.s de la norme et habitant.e.s de Marseille

info et demandes d’hébergement: marseilleonsencule@riseup.net

 

Texte  à imprimer :

 

eurocrade

 

 

6 responses to “€crade”

  1. Spend 10 Minutes Doing This and Double Your Bitcoin and Ethereum
    Click to : https://earnx2btc.com

  2. 2007 (April) Very High Demand

    simply click the up coming webpage
    https://sellaccs.net

    PM
    Skype & Telegram : congmmo
    ICQ : @652720497
    Email : accsmarket.net@gmail .com

    Thanks

  3. Bitcoin investment by means of bitcoin doubler membership seems a really risky option to double your bitcoin.
    Click Here : https://earnx2btc.com

  4. « marseilleonsencule », c’est un beau slogan, digne du FHAR. Irrécupérable… 😉
    Le FHAR passait à l’acte, dans les coulisses des réunions de la rue Bonaparte, sans aucune pudeur ni retenue. Baiser alimente sainement le discours politique.

    Nous savons depuis longtemps que les UEEH considèrent cela comme « caca », et dévalorisant pour l’image des UEEH… et ses subventions! Si le cul s’y pratique couramment, c’est du « off » à l’intérieur du « in », pratiques interdites du programme officiel, même si les ateliers en parlent largement, pour canaliser et conjurer les pulsions des participants.

    Pour l’Europride de Marseille, il semble que l’attitude soit la même, le fric en plus. Il parait que ceux qui ont payé (fort cher) pour les spectacles des Docks ont droit au fond de la nuit à une activité « cruising », évidemment absente du programme officiel…

    Et ici, dans la mouvance marseillaise, quand est-ce qu’on passe à l’acte ?
    😉

    —————-
    PS : évidemment, si l’expression sent le phallocratisme, on a bien compris qu’il s’agit de déstabiliser. Nul doute que les lesbiennes, ou quiconque, à droit aussi à sa fête du corps, avec le vocabulaire qu’il voudra.

  5. Bonjour,

    Un peu d’air frais dans cette ville polluée par tout ce qui est si bien pointé, bien qu’on oublie un peu vite la responsabilité des élus aux commandes, sans qui toute cette mayonnaise n’aurait pas pu prendre.

    Mais l’urgence n’est pas là, même si l’Europride mobilise les énergies, pour cause de calendrier.

    L’urgence, c’est que dans la population des homosexualités marseillaises (sans chercher plus avant à catégoriser vainement ce qu’elles contiennent, L, G, B, T, Q, I, etc), il y a 5% qui pratiquent le clubbing, les bars gays, et tous les commerces présents en quadrichromie, dans les torchons « communautaires » gratuits distribués dans ces mêmes lieux, où ils se retrouvent. Ceux-là soutiennent l’Europride, les UEEH, les gay pride, le mariage pour tous, l’adoption, et la retraite de réversion.
    Ceux-là sont « intégrés » sans état d’âme, regardent « Plus belle la vie », et participent activement à leur propre répression ou enfermement, avec le fric qu’ils croient avoir.

    L’urgence, c’est que pendant ce temps là, les 95% restants, pour cause de désaccord moral et politique, ou par impossibilité matérielle d’accéder à la première catégorie (artificielle j’en conviens, les intermédiaires existent), sont condamnés à l’inaction politique et à la misère sociale pour cause de solitude.

    Or cette solitude et cette impuissance tuent.
    L’urgence, c’est donc très simplement de pouvoir se rencontrer, même si les 95% évoqués n’en sont pas tous, loin de là, à attendre une révolution sociale comparable à celle des « mouvements du quotidien » issus de 68 (MLAC, antinucléaires, antimilitaristes, pédés et gouines, etc).

    Se rencontrer, cela permet d’abord de se raconter, d’écouter les autres, de diminuer la souffrance personnelle et de faire avancer les idées de chacun. Le net peut suffire à le permettre, comme dans le présent blog.
    Mais il est bon aussi de se rencontrer physiquement, car la convivialité est nécessaire à chaque personne qui est un être social. Manger ensemble, baiser ensemble, faire la fête, s’engueuler parfois, les groupes sont un des fondements cardinaux du fonctionnement humain.

    Bravo donc à cette initiative, mais souhaitons (contribuons?) qu’elle ne soit pas un feu de paille qui s’éteint avec l’Europride.
    Car ce besoin est permanent, et quand l’été fini les compagnons venus au soleil sont repartis, les marseillais replongent dans la misère relationnelle.

    Sur un plan pratique, il m’a été difficile de trouver l’endroit pour poster quelque chose, je le fais au hasard d’une page qui permet les réactions, trouvée par hasard.
    D’autres n’ont peut-être pas eu la même chance, il serait bon que le site-blog soit un peu plus explicite sur la manière de participer par le net.

    S’il est nécessaire de s’inscrire quelque part, 10 lignes d’explications permettraient de ne pas se retrouver devant un formulaire en anglais assez abscons, où on ne sait pas à quoi on s’inscrit tout en s’identifiant largement…

    Affaire à suivre, voire à partager.
    Bises

  6. Ça sent le sperme à plein nez !