Christine le Doaré, va te faire amputer !*

Ce mercredi 17/07, Christine le Doaré est invitée par l’euroLESBOpride pour intervenir sur le thème « Lesbiennes, gays : mêmes combats », elle partage la tribune avec Brigitte Boucheron et Bernadette Doleux qui interviennent sur « Le choix de la non mixité ».
Nous avons décidé de faire savoir au public qui vient assister à ce débat quelles sont les prises de positions de C. le Doaré, car elles nous paraissent insupportables à plusieurs points de vue.
Nous avons décidé de distribuer un tract aux lesbiennes « et amies » qui entraient pour voir cette conférence, puis de laisser se dérouler la conférence car le thème nous parait important.

voici le tract :

Bonjour, vous venez voir une conférence sur la non-mixité lesbienne comme outil pertinent de lutte contre le patriarcat – un sujet particulièrement pertinent dans le cadre de l’europride : oui, on n’a pas touTEs la même place dans les luttes « LGBT » !
Par contre, le choix des intervenantes nous pose problème, et notamment la présence de Christine le Doaré. Ses positions sur de nombreux thèmes, notamment la prostitution, soulignent l’étroitesse de sa vision de l’oppression.

PETIT RAPPEL…CHRISTINE LE DOARÉ a dit/écrit :

«Les tenants de la réglementation de la prostitution sont le plus souvent, les mêmes qui réclament la GPA (Gestation pour autrui) »

« ceux qui, au nom d’un principe de réalité, distribuent des capotes, certes pour éviter la contamination des prostitué-e-s mais aussi des clients prostitueurs, et de facto entretiennent et confortent le système prostitutionnel. »
« Que font-ils si ce n’est garantir aux hommes que les femmes restent et sans aucun danger pour eux, à leur service, pour baiser, pour fabriquer des enfants, etc. »

contre ce que les premières personnes concernées, celles et ceux qui vivent cette réalité, s’évertuent à essayer de faire entendre :

« La prostitution n’est pas un métier, c’est une violence et même la dernière violence faite aux femmes que la loi ne punit pas. « cette activité laisse toujours des traces physiques et psychiques »
« Il n’y a ni école, ni diplôme. [….] Bien entendu, il sera toujours possible de trouver des personnes qui voudront vendre un organe, faire commerce de leur corps ou même se vendre comme esclave. »

« Ce n’est pas non plus une liberté. Une société qui n’a rien d’autre à offrir aux personnes confrontées à des difficultés sociales et financières, que de vendre leur intimité sexuelle n’est pas une société civilisée. »
«  Nos ultragauchistes et activistes réglementaristes condescendants ne lui arrivent pas à la cheville et tentent de nous imposer leur « bon féminisme ». On comprend bien que ce qui les intéresse surtout dans la libération des femmes, c’est qu’elles soient totalement et en permanence disponibles pour eux. Quant aux « queers-Trans-PD-Gouines » activistes réglementaristes – euh moi je suis féministe et lesbienne -, ils prônent une réappropriation libératrice de la pornographie et de la prostitution. Seulement voilà, leurs tristes et infantiles productions relèvent surtout de la thérapie de groupe et n’ont nullement fait la démonstration d’une quelconque remise en question de la domination masculine, bien au contraire, elles l’alimentent. Mises en scène, jeux de rôles, artifices, etc. cachent très mal un manque d’imagination et de désir, parfois même des souffrances, quand ce n’est pas une profonde aversion de la sexualité. Une sexualité épanouissante c’est du désir réciproque et libre de tout rapport de force, de toute contrainte. La sexualité n’est pas un dû, elle relève de la relation à l’autre, de son désir et de son consentement. »

« Payer c’est forcer le consentement, payer, en réalité, c’est violer. La liberté est toujours gratuite alors que l’acte de prostitution n’a qu’une finalité, l’argent. Se prostituer, par définition, ne sera jamais une liberté.
En conséquence, au regard des rapports sociaux de classe comme de sexe, la prostitution doit être abolie. Cette position n’est ni religieuse, ni morale mais belle et bien politique. »
Archives de novembre 2012 :Manipulation, calomnies et menaces, pourquoi sont-ils indignes ? Sur http://christineld75.wordpress.com/2012/11/

En avril 2011 CLD, présidente du Centre LGBT de Paris a exclu l’association « Café Lunettes Rouges »(asso qui assurait un accueil par et pour des personnes séropositives) en déclarant que le CLGBT n’était pas « un centre d’accueil de jour » et enjoignant cette asso à se rapprocher de structures spécialisées dans l’accueil spécifique des séropo.es et/ou d’usagères de drogues.Pour CLD,la présence de personnes séropo.es, trans, pédés, gouines, racisées, usagères de drogues etc… n’était pas assez homonormée, blanche et riche pour le CLGBT qui se trouve à Beaubourg (en face du Marais).
CLD avait déclaré :

« En tant que Maison des associations LGBT, s’il fournit un service de réservation de salles en soirée, une domiciliation, il doit aussi offrir aux membres des associations un lieu accueillant,
une table libre pour ouvrir leur courrier, prendre un verre après avoir déposé leur documentation… Il ne remplit pas cette fonction quand les lieux sont occupés jour après jour par des personnes plus ou moins fragilisées ou désocialisées qui occupent l’espace comme un accueil de jour. (…) Et qui donc fait tourner tout ça si ce ne sont les bénévoles, volontaires engagés dans un Centre LGBT pour militer, faire avancer nos droits, lutter contre les LGBT-phobies ? S’ils souhaitaient rejoindre un lieu d’accueil de jour, ils seraient bénévoles à l’Armée du Salut, à la Croix-Rouge…  »

En ce qui concerne l’affiche de la marche des fiertés 2011, proposée par l’inter LGBT IDF, représentant sur fond bleu un coq blanc avec un boa rouge. Difficile de trouver une meilleure image de l’homonationalisme ! Suite à un texte des LOC’S (Lesbiennes Of Colors) qui dénonçait le racisme de cette affiche(Basta le racisme et la xénophobie au nom de la lutte contre l’homophobie) ), Christine Le Doaré a publié une réponse dans Têtu qui s’intitulait « Les ayatollah de l’intérieur ».
extrait : « de là à accuser [les organisateurs de la gaypride] de tous les maux, sexisme peut-être bien, mais racisme, nationalisme et on a même lu pétainisme, non, et il y avait là un gouffre que les afficionados de l’extrême se sont empressés de franchir à pieds joints ! »

    NE ME LIBERE PAS, JE M’EN CHARGE !

    des féministes, transpédégouines, asexuel.le.s, bi.e.s, queers et tordu.e.s en tous genres
    venez rejoindre l’eurocrade ! http://marseilleonsencule.noblogs.org

* : l’une de nos banderoles disait ça. elle fait référence à une citation de CLD :
« Les activistes réglementaristes conseillés par les « ultragauchistes», toujours prompts à brouiller les cartes, ont su infiltrer le mouvement féministe et convaincre quelques unes que les « prostitué-e-s sont heureuses et libres » de l’être, que la prostitution ne disparaîtra donc jamais et qu’il vaut mieux mettre des pansements sur la gangrène plutôt que d’amputer. » CLD voudrait donc amputer ? on lui retourne le compliment. « Christine le Doaré, va te faire amputer! »